vendredi, décembre 27, 2019

"Avant que j'oublie", de Anne Pauly (France)



Pour son premier roman publié aux éditions Verdier, Anne Pauly s’est inspirée de sa propre histoire et raconte la maladie et le décès de son père, « le colosse unijambiste et alcoolique ». 

« Avant que « j’oublie »… Ou quand l’écriture aide à mettre à distance les sentiments mêlés que l’on peut ressentir lorsque l’on doit faire face à la mort d’un proche à la personnalité contrastée.

« Tu t’énerves ? Je vois bien que tu t’énerves. T’es bien comme ta mère… agressive, impatiente… En serrant les dents j’ai dit : Non, pas du tout, je m’énerve pas du tout, mais là je dois y aller, mon bus passe dans dix minutes et si je le rate, je serai bonne pour descendre à la gare à pied. Il s’est radouci. Bon, d’accord. Sois bien prudente en rentrant, hein ? Mais avant de partir, ouvre un peu la fenêtre, s’il te plaît, j’ai trop chaud. Un peu, un peu plus, un peu moins, non, encore… parfait ! Allez, salut papa, à demain. Je l’ai embrassé sans le regarder. Le temps de compter jusqu’à dix, j’avais enfilé mon manteau, pris mon sac et quitté la chambre en claquant la porte. Il allait mourir et, comme toujours, je n’avais qu’une envie : partir. Partir le plus vite possible avant que sa névrose et ses angoisses ne me contaminent davantage. »

Avant que j’oublie… ou quand la lecture peut nous aider à surmonter la douleur causée par la perte d’un être cher.

mardi, novembre 19, 2019

"Par les routes", de Sylvain Prudhomme (France)



Les livres sont parfois comme les amers dont parle Sylvain Prudhomme dans « Par les routes », des points de repère, des lumières qui éclairent notre chemin. Pas forcément de très grands livres, mais qui ont quelque chose de particulier et qui nous touchent. Pourquoi celui-là ? Peut-être parce que dès le début il nous dit, évoquant Flaubert, qu’il écrit « pour restituer la mélancolie des paquebots » (p58).
Mélancolie de l’écoulement lent de la vie, de l’impossibilité de se fixer pour l’auto-stoppeur qui a besoin de partir, « c’est nécessaire à mon équilibre. Si je reste trop longtemps sans partir, j’étouffe. » (p75) « Il aimait les autoroutes, la glissade des autoroutes » (p108). Alors il part, laisse Marie sa compagne et son petit garçon Agustín, sillonne la France d’abord sur les grands axes, puis sur les petites routes, traversant des villages aux noms improbables. Il envoie des cartes postales, revient pour mieux repartir encore. Et telle une étoile filante il finit par disparaître. Mais il est peut-être toujours là dans le ciel, tel Orion, veillant sur ceux qu’il aime.

samedi, novembre 16, 2019

"The table", de Francis Ponge (France)


En venir à traduire La Table de Francis Ponge témoigne d’une extrême rigueur en question de poésie et exigence ultime tout en reconnaissant l’humble œuvre de la traduction pour transmettre ce que chaque matin le poète Francis Ponge remet sur le métier sur ce que la table peut bien signifier aussi bien depuis l’invention de l’écriture que dans toute l’arborescence de termes, table des matières etc. Domaine de l’intimité du poète qui sait bien que si l’on écrit que lorsque toutes les conditions sont favorablement réunies nous n’écririons pas du tout.
C’est donc face à la tâche quotidienne à l’appréhension de la création que se livre et délivre le poète contemporain qui a le courage de façonner au fur et à mesure son œuvre considérant toute variante et variation un moyen d’offrir toute une série de sens au lecteur qui participe de cette aventure lexicale. 

Une traduction en américain de notre magnifique poète Francis Ponge est vraiment la bienvenue. 

Deux volumes de la collection de la Pléiade chez Gallimard récompensent l’immense œuvre aussi exigeante qu’humble d’un Francis Ponge qui ne peut pas être démodé car il s’attaque aux mots, se bat avec des mots, et sa perspicacité offre des sens nouveaux dans le transfert ce qui pour la traductrice Colombina Zamponi qui effectue la « translation »  devient un art consommé une vraie fidélité une figue de parole en quelque sorte.

The Table de Francis Ponge translated by Colombina Zamponi Wakefield Press est le cadeau à offrir à tous les lecteurs de poésie et à ceux qui écrivent il faut commencer par là : à table !

François Szabó

The Table, de Francis Ponge, traduit du français en américain par Colombina Zamponi, Wakefield Press

lundi, novembre 04, 2019

"La procession infinie", de Diego Trelles Paz (Pérou)


Diego Trelles Paz est né à Lima en 1977. Il est écrivain, journaliste, scénariste et universitaire (spécialiste de l’œuvre de Roberto Bolaño).

La procession infinie est le deuxième opus d’une trilogie, dont le premier opus s’intitule Bioy.

La procession infinie nous plonge dans l’histoire récente du Pérou (encore marqué par les actions du Sentier lumineux et par la dictature de Fujimori)… et dans l’histoire et l’actualité de la France et de l’Europe.

L’auteur déconstruit la chronologie des événements narrés et nous propose un récit polyphonique où Francisco, Cayetana, Ken, Carmen -dite Chequita-,  Diego -dit Chato-, et d’autres personnages racontent tour à tour leur Lima du début des années 2000 ou leur Paris ou Berlin des années 2015 (après qu’ils aient fui leur pays) : leurs luttes syndicales et sociales, leurs relations amoureuses ou amicales, leurs orgies, leurs déconvenues, leurs peurs, leurs difficultés à avancer, à comprendre, à se souvenir ou à tenter d’oublier… et les manigances politiques dont ils sont victimes.

mercredi, octobre 23, 2019

"Doggerland" d’Élisabeth FILHOL (France)

Voilà un livre qui m’a donné un très vif plaisir de lecture cet été.
Un livre foisonnant, avec plusieurs couches successives, à l’image du paysage qui donne son titre au roman.
Mais commençons par les personnages principaux : ils sont deux. Deux personnages qui vont occuper le devant de la scène : Margaret, l’écossaise, et Marc, le français.
A la fin de ses études, Margaret s’est dirigée vers une voie très particulière : géologue, elle se passionne pour la Mer du Nord et ses hauts fonds qui, il y a encore 8000 ans, était une terre émergée, habitée, une île presque aussi grande que la Sicile. Les archéologues lui ont donné un nom : le Doggerland.
Marc Berthelot, lui, qui a fait ses études de géologue à Aberdeen avec Margaret, est attiré par le nouvel eldorado que constituent les réserves pétrolifères de la Mer du Nord, à une époque où l’exploitation des hydrocarbures en mer du Nord est à son apogée : il a donc suivi une voie radicalement différente.

mercredi, octobre 16, 2019

"Les glaces de l'Harmonie" de Fabienne Gambrelle (France)

Les éditions Karibencyla, c’est une maison d’éditions jeunesse basée près de Perpignan qui se propose de revisiter les contes du monde entier et d’inventer de nouveaux héros !

Ce petit roman jeunesse, accessible dès 9/10 ans, fait partie de la Collection ‘Le cœur de l’Hydre’, la constellation des nouveaux héros, et voici comment il est présenté sur la 4è de couverture :
« Le futur peut nous réserver de belles surprises !
Imaginez notre belle planète submergée par les océans : un monde où l'été dure toute l'année, où la climatisation, les frigos et les glaces sont réservés aux plus fortunés...
C'est dans cet univers de bandits en col blanc et de pirates à pavillon noir, que vivent Harmonie et son frère, Aimé, sous la protection de Jade leur grand-mère. »
Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas plongée dans un livre ‘jeunesse’ et je me suis régalée ! C’est une lecture tout à fait d’actualité puisque les thèmes abordés sont l’écologie, les inégalités sociales, la condition et le travail des enfants, le racket, la mal bouffe, le tout dans un univers qui, en dépit de ses défauts, reste très gai et très optimiste !

dimanche, septembre 22, 2019

"La carte du souvenir et de l’espoir", de Jennifer Zeynab Joukhadar (Etats-Unis-Syrie)


« O mon amour, ton cœur brisé te tue. Les femmes gémissent dans la rue. Le riz est épars, les lentilles répandues. Les draps fins sont foulés aux pieds. Les larmes de l’oued coulent à flots. Dans quelle langue m’as-tu dit que tout ce que nous aimions n’était qu’un rêve ? »

On retrouve dans ce splendide roman le personnage de Rawija afin de nous conter la fabuleuse histoire de Al-Idrisi qui fut un lettré et un cartographe, qui naquit à Ceuta vers l’an 1099 et conçu à Palerme en 1154, en collaboration avec le roi Roger, ce que l’on connait aujourd’hui sous le nom de Tabula Rogeriana, la carte du monde la plus précise jamais conçue jusqu’alors, ainsi que le Kitab ar-Rujari (Le Livre de Roger) et le planisphère en argent.

jeudi, septembre 19, 2019

"Cardinal des loups", de Maxence Amiel (France)


Etrange et saisissant recueil où : « le langage fut la première chose que je laissai aux courants. En fait je le mis un certain temps à croupir au fonds du puits, au pied des peupliers, et dans chaque jour naissant il perdait force et artifice. C’est afin de le noyer systématiquement que je le rendis à la mer, une nuit de neige. Le langage par lequel aujourd’hui je transcris mon chemin est un leurre, destiné à permettre après lui le redoutable et ferme exil de mon âme. »

Langage antérieur à l’humanité, souffle de vie, sauvage et intime, dans Cardinal des loups Maxence Amiel « chante une dernière fois la beauté des errances. »

mardi, septembre 03, 2019

"Marie de Montpelhièr" de Sylvie Léonard (France)

On vous a dit et vous avez constaté que Montpellier est une ville médiévale. Vous avez entendu parler des Seigneurs de Guilhem, de Marie de Montpellier, de Jacques 1er d’Aragon, de Simon de Monfort, de la création de la première université de médecine de France, du port de Lattes, etc., mais vous n’avez aucune idée de ce qui s’articule entre tout ça ?
Lisez donc « Marie de Montpelhièr, la terre, la chair, le sang », le court roman historique de Sylvie Léonard ! Bien documenté, il est très accessible et rend bien vivante cette fin du 12e siècle, époque révolue mais dont les traces éparses persistent.

dimanche, septembre 01, 2019

"Un petit oiseau Et d’autres histoires", de Claudia Ulloa Donoso (Pérou)



Belle découverte que cet ensemble de nouvelles, avec la plus grande réussite de l’auteur Claudia Ulloa Donoso, péruvienne installée en Norvège où elle enseigne donnant des cours de norvégien aux migrants et des cours de castillan aux norvégiens.

Une écriture de très grande tenue et art du scénario, du visuel du temps, de la précarité et de cette vie qui prend le dessus malgré sa fragilité.

"Le coeur et son nid de guêpes", de Francisco Hernandez (Mexique)

Il semble que les Collecteurs aiment beaucoup les livres publiés chez L'atinoir ! Nous avions consacré l'une de nos émissions de radio à cette maison d'édition il y a peu, à réécouter ici :
http://www.divergence-fm.org/index.php?page=accueil.php?p=1&f=lpt

François a eu deux coups de coeur : Le coeur et son nid de guêpes, de Francisco Hernandez, et Un petit oiseau et autres histoires, de Claudia Ulloa Donoso.
Il nous en parle sur ce blog !


Recueil de poèmes de maturité, on y retrouve une certaine vigueur des ces poèmes d’amour non dénué de chair, mais on trouve en écho survolant la mort relativise la période de la sexualité.

mardi, août 27, 2019

"77", de Marin Fouqué (France)

Livre étrange à l’écriture resserrée. Comme un coup de poing qu’on prend en pleine figure ; on a peur d’être étouffé par ces pages remplies de mots sans espace pour respirer. Mais on est fasciné, entraîné dans cette sorte de poème-confession sur un rythme de rap. Il y a beaucoup de souffrance et une urgence à libérer la parole.  «Et j’ai les mots dans ma tête. J’aime bien les mots tant qu’ils restent dans ma tête. Dangereux les mots. » (p. 26)
De quoi s’agit-il ? Dans un abribus, un adolescent dont nous ne saurons pas le nom, sinon le surnom plus tard dans le récit, décide de ne plus prendre le car de ramassage qui emmène les jeunes du village au collège ou au lycée et de rester là à fumer des joints. Et, dans cette espèce de légèreté due à la drogue, pendant que les voitures passent sur la nationale, les souvenirs défilent (« Dingue comme les souvenirs peuvent défiler » (p. 98) « des trucs qui remontent au fur et à mesure » (p. 113) et c’est tout un monde qui se dessine.

mercredi, juillet 24, 2019

"Ne pas toucher la queue du dragon", de Rodrigo Rey Rosa (Guatemala)


Rodrigo Rey Rosa est un écrivain guatémaltèque, né en 1958 à Ciudad de Guatemala. Il a publié un grand nombre de contes, de nouvelles et de romans, dont plusieurs ont été traduits en français et publiés notamment chez Gallimard.

Laurence nous avait présenté son roman intitulé  Severina, qu’elle avait beaucoup aimé.
Ne pas toucher la queue du dragon a été traduit en français par Jacques Aubergy et publié chez L’atinoir. 
Il ne s’agit pas d’un roman ni d’une fiction, mais d’une enquête effectuée par Rodrigo Rey Rosa dont le sujet est, comme l’indique le sous-titre : Violence et racisme d’Etat au Guatemala.
En effet, entre 1960 et 1996 le Guatemala a connu une terrible guerre civile qui fit plus de 100 000 victimes, dont un grand nombre furent des indiens tués par la junte militaire dirigée par le dictateur Efraín Ríos Montt en 1982 et 83 :  une campagne d’extermination élimina alors un tiers des indiens maya-ixiles, soit près de 30 000 personnes. Celui-ci a été condamné en 2013 à cinquante années de prison ferme pour génocide et trente ans ferme pour crimes contre l’humanité, mais le jugement fut cassé par la Cour de Cassation.

Rodrigo Rey Rosa s’appuie sur les témoignages qu’il a recueillis et sur les documents d’archives qu’il a pu consulter pour dénoncer les violences subies par les indiens ixiles. D’après lui, « Ce fut un long processus parce que longtemps les gens se refusèrent à parler du passé. « Il ne faut pas toucher la queue du dragon », disaient-ils. Mais lorsqu’ils ont pu surmonter leur peur, les témoignages se sont succédé en cascade. »
Il cite les propos de Clyde Snow, pionnier de l’anthropologie judiciaire : « Nous avons vu des choses semblables au Salvador, en Bosnie et en Irak, lorsque Saddam Hussein faisait assassiner des villages entiers de Kurdes. Mais c’est lors de notre travail au Guatemala que nous avons vu le plus grand nombre d’atrocités. »

mardi, juillet 09, 2019

"L'amie prodigieuse", de Elena Ferrante (Italie)

Les Collecteurs ont beaucoup aimé les 4 volumes de L'amie prodigieuse, de Elena Ferrante. 
François les a lus en italien, mais vous pouvez aussi les lire en français, grâce à  la traductrice Elsa Damien aux éditions Gallimard ! 

Meraviglia questo gigantesco romanzo L’amica geniale, il più letto en
Europa, tradotto nel 42 lingue! fenomeno editoriale questa opera de la misteriosa autrice Elena Ferrante e una de le più belle storie d’amicizia femminile. Leggere con piacere immenso la relazione incredibile de Elena con Lila per la via de un opera maestoso e una delle più belle esperienza de vita. Andiamo a godersi de letteratura i vita cosi con L’amica geniale !
François Szabó
L’amie prodigieuse (4 volumes) de Elena Ferrante, Edizioni e/o
  1. L’amica geniale (328 p) 2011
  2. Storia del nuovo cognome (474 p) 2012
  3. Storia di chi fugge e di chi resta (384 p) 2013
  4. Storia de la bambina perduta (450 p) 2014

lundi, juin 24, 2019

"Le Meurtre du Commandeur", de Haruki Murakami (Japon)


Haruki Murakami est un écrivain japonais, né en 1949 à Kyoto. Auteur de romans, de nouvelles et d'essais, il a été traduit en une cinquantaine de langues et est lui-même traducteur de l'anglais vers le japonais.

Le meurtre du Commandeur, roman en deux tomes découpés chacun en 32 chapitres, est construit comme un feuilleton à épisodes. 

Le narrateur, qui est peintre, vient d'être quitté par sa femme et a trouvé refuge dans la maison du père d’un de ses amis, un célèbre artiste peintre.
L’un de ses voisins, un homme très riche nommé Menshiki, qui écoute de l’opéra et vit de ses actions en Bourse, va lui proposer une grosse somme d’argent  pour faire son portrait.
Parallèlement, le narrateur découvre dans le grenier de la maison où il vit un hibou et un tableau peint par le vieil artiste qui l’héberge, intitulé Le meurtre du commandeur (qui semble s’inspirer de l’opéra Don Giovanni de Mozart).
D’autre part, une clochette qui tinte la nuit à heure fixe empêche le narrateur de dormir : il va alors demander son aide à Menshiki pour découvrir d’où vient ce bruit étrange.

jeudi, juin 13, 2019

Les éditions L’atinoir et « Severina », de Rodrigo Rey Rosa (Guatemala)

Cette semaine, nous avons eu le plaisir de recevoir l’éditeur-traducteur Jacques Aubergy pour l’enregistrement de l’une des dernières émissions « Lectures par tous » de la saison.
Nous vous invitons à aller l’écouter nous parler des éditions L’atinoir en compagnie d’Antoine Barral, traducteur-dealeur de projets, de Rachel Mihault, notre Présidente et grande lectrice avertie, de moi-même, Laurence Holvoet, lectrice-traductrice, et bien entendu de Marc Ossorguine, lecteur-animateur radio auquel - l’occasion fait le laron ! - nous adressons tous nos remerciements pour avoir si brillamment assuré une si riche programmation tout au long de cette première année d’aventures littéraires radiophoniques !

"Antes de los años terribles", de Victor del Arbol (Espagne)

 Les Collecteurs aiment beaucoup les livres de Victor del Arbol qui a la particularité d'avoir rencontré du succès auprès du public français avant d'en rencontrer auprès du public espagnol... Nous attendrons donc impatiemment la version française de ce nouveau roman que Françoise a lu pour nous !

"Ce livre, « Antes de los años terribles » est sans aucun doute Le Livre que son auteur portait en lui depuis longtemps, une sorte d’accomplissement. Mais du temps était nécessaire, huit ans environ et six autres livres pour pouvoir écrire cette histoire-là. « He escrito la novela. Sé que dije que nunca podría, pero nunca es demasiado tiempo » (J’ai écrit le roman. Je sais que j’ai dit que jamais je ne pourrais, mais il n’est jamais trop tard).

jeudi, juin 06, 2019

"La Mezzanine", de Anne-Marie Albiach (France)



Le dernier récit de Catarina Quia, notes d’un internement effroyable où « Il devrait y avoir un code qui empêche le psychiatre ou les infirmiers d’abus si faciles sur le corps. On peut rendre fou et interner à vie absolument quiconque. Et cela sans même que les proches, hors de toute information, s’en rendent compte. »

            Voie entre enfermement infernal et salvation, à Mezza, entre deux extrêmes, laissons-la parler :

            « Le langage s’absentait. Elle craignait comme un stylet, et inventait, les métamorphoses de son corps. Un écran de déjà vécu l’éblouissait par instants, la contraignant à une gymnastique respiratoire du rêve. A corps perdu. Je pense à toi. Allaient-ils rentrer sans heurts au port ? pour l’instant ils étaient au creux de la crête des vagues. »

mardi, juin 04, 2019

"La famille Moskat", de Isaac Bashevis Singer (Etats-Unis)


Publié pour la première fois en 1950, le roman univers « La Famille Moskat » fait renaître par la littérature un monde révolu. Cinq ans après la mort de sa deuxième épouse Reb Meshulam Moskat se marie pour la troisième fois et retourne à Varsovie où il règne sur une immense fortune ; mais le patriarche va bientôt mourir et tout un univers bien réglé bien ordonné va sombrer en quelques années. Les juifs de Pologne sont les premiers visés par l’antisémitisme et les nouvelles générations ont du mal à concilier tradition et modernité.
Construit en dix parties, cet immense roman nous amène aux réalités de personnages souvent attachants qui tentent de trouver du sens à la vie et de faire de leur mieux pour un univers réconcilié. Mais leurs tentatives sont souvent vaines et les horizons dégagés ne demeurent que la Palestine ou l’Amérique.

lundi, juin 03, 2019

"Oeuvres", Sylvia Plath (Etats-Unis)


Remarquable ensemble, ce Quarto Gallimard révèle la quasi-totalité de la production littéraire de la poète emblématique Sylvia Plath. On y trouve ses poèmes, son roman, ses nouvelles, ses contes, ses journaux, ses essais et un entretien quelques mois avant son décès.
Beaucoup d’encre a coulé concernant Sylvia Plath et sur son tempérament indépendant et sur son mari Ted Hugues.
Ici la parole est donnée à la femme poète américaine, orpheline de père à 9 ans son monde a ainsi basculé avec cette absence qu’elle n’a jamais pu vraiment surmonter.
Généreuse Sylvia Plath l’est véritablement et son courage est du domaine de l’impossible, la soif d’amour ne la quittera pas mais sa volonté de tout savoir, jusqu’à assister camouflée parmi les médecins à des accouchements, à des dissections etc., la met en danger, en péril dans son équilibre, elle ne ménage pas ses efforts pour connaître même ce qui peut traumatiser.

jeudi, mai 30, 2019

"Juegos de villanos", de Julia Guzmán Wattine (Chili)


Julia Guzmán Wattine est née en 1975 à Viña del Mar au Chili.
Elle est diplômée en littérature latino-américaine et professeure d’espagnol

Juegos de villanos est son premier roman, non encore traduit en français (avis aux amateurs !).

Il s’agit d’un roman que l’on classerait en France dans la catégorie « polar » : un homme a disparu après avoir été agressé avec sa jeune épouse le soir de ses noces. Un enquêteur va tenter de savoir ce qui lui est arrivé et par qui il a été tué.
Son enquête va nous amener à le suivre dans différents milieux, de la haute société chilienne aux milieux d’affaires et aux bandes de narcotrafiquants (qui semblent former un seul et même petit groupe, qui contrôle la vie politique et économique de la province de Talca).
Le personnage du détective, Miguel Cancino, est bien construit et attachant. Le récit est bien mené et l’auteure tient son lecteur en haleine tout au long du roman.

jeudi, mai 23, 2019

"L'infini livre", de Noëlle Revaz (Suisse)


Dans l’infini livre Noëlle Revaz nous amène dans la vie de Jenna Fortuni romancière à succès mariée à un autre auteur à succès Eden Fels qui n’ont d’enfants que virtuels et des amis sur catalogue consultés pour des apparitions médiatiques en fonction des nouveautés éditoriales. Dans cet univers somme toute superficiel, qui relève plutôt du cosmétique où les livres se limitent à être des produits marketing dont le contenu est souvent une compilation à partir de bases de données que les éditeurs se disputent et désirent par le biais d’algorithmes créer une littérature dans une mise en scène par écrans interposés des apparitions relevant de l’emballage délaissant le texte lui même hors de la curiosité de l’éventuel lecteur.
Radelpha éditeure ambitieuse qui veut régner sans partage avec ces deux auteures Jenna et Joanna en créant une supra auteure Joenna Fortuggi capable de remettre du sens, et l’humain au centre de tout.

mercredi, mai 22, 2019

"Les billes du pachinko", de Elisa Shua Dusapin (France-Corée-Suisse)


Tout d’abord, une précision concernant le titre du livre : au Japon, le Pachinko est une sorte de flipper vertical ; le joueur regarde les billes tomber sans vraiment pouvoir intervenir. Plus il récupère de billes, plus il a de points.
La salle de jeux où sont rassemblés ces flippers s’appelle également un Pachinko.
Le grand-père de la narratrice tient un Pachinko à Tokyo.

Claire, la narratrice, est une jeune femme franco-coréenne qui vit en Suisse (double de l’auteur, de manière encore plus marquée que dans Hiver à Sokcho).
Les grands-parents de Claire ont quitté leur Corée natale, il y a une cinquantaine d’année ( Guerre de Corée) pour trouver refuge à Tokyo.

Un été, la jeune femme vient leur rendre visite ; avec le projet de les convaincre de revenir en pèlerinage dans leur ville natale de Corée.

mardi, mai 21, 2019

"Hiver à Sokcho", de Elisa Shua Dusapin (France-Corée-Suisse)



Elisa Shua Dusapin, née en France en 1992, est une auteure franco-coréenne vivant en Suisse romande.

Ce court roman fait partie des meilleurs textes romanesques que j’ai lus en 2017.

Une intrigue simple (la rencontre entre la narratrice, une jeune femme franco-coréenne et un auteur français de bande dessinée, plus âgé, venu rechercher l’inspiration à Sokcho, une station balnéaire de Corée du Sud proche de la frontière avec le Nord.)
L’intrigue est menée avec beaucoup de subtilité et un vrai sens de l’ellipse qui permet à l’auteur d’éviter les conventions du genre (roman à l’eau de rose)

lundi, mai 20, 2019

"Une famille", de Pascale Kramer (France-Suisse)


Une famille bordelaise classique : bourgeoise et catholique.
Un couple traditionnel, Danielle et Olivier, et leurs enfants.
Une naissance qui fait d’eux pour la deuxième fois des grands-parents.
Une façade qui devrait annoncer une famille parfaite : bienveillante, attentive, chaleureuse.
Mais le vernis cache mal une réalité bien différente : Romain, l’un de leurs fils, se détruit petit à petit.
Peut-on empêcher quelqu’un de se détruire ? C’est le thème auquel s’est attaqué Pascale Kramer, une auteure suisse vivant en France, qui déroule en cinq chapitres un drame familial. Car la situation de Romain, qui a passé huit ans dans la rue, gentil et passif, fragilise l’ensemble de la famille.
« Romain était un doux, un paisible, un attendri. Rien, jamais, ne transparaissait du mal-être qui le poussait à engranger certains soirs de quoi s’abrutir quasiment jusqu’au coma en seulement quelques heures. »
En cinq chapitres, chacun dédié à l’un des membres de la famille, Pascale Kramer les met en scène deux à deux ; comme ce duo entre Mathilde l’étudiante et Lou sa sœur qui vient d’accoucher. Les relations fraternelles et filiales y sont disséquées avec beaucoup de perspicacité.